Activité professionnelle et espérance de vie : les ouvriers à la peine

L’Institut national des études démographiques (Ined) publie aujourd’hui dans la revue Population & Sociétés une étude qui montre que "les ouvriers vivent moins longtemps et en moins bonne santé".

Selon La Croix (page 7), ce travail arrive à point nommé alors que reprend demain la "très laborieuse négociation sur la pénibilité". L’Ined montre notamment que même si l’espérance de vie des Français s’allonge (77 ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes en 2007), l’activité professionnelle la conditionne en partie.

C’est ce que confirment Les Echos (page 8) : "A 35 ans, les cadres supérieurs ont une espérance de vie de 47 ans, soit quatre années de plus que la moyenne et six années de plus que les ouvriers." A partir de cette deuxième tranche de vie, les cadres peuvent espérer vivre en moyenne 34 ans "en bonne forme physique", soit 10 ans de plus que les ouvriers. Les différences "les plus notables" concernent les petites incapacités : difficulté à voir de près ou de loin, à entendre, à se pencher...

Sans entrer dans les détails qui expliquent ces inégalités (conditions de travail, alimentation, accès aux soins...), les démographes de l’Ined constatent que "plus l’espérance de vie est longue, plus la part de vie passée sans incapacité est forte".

Fraude : contrôles renforcés.
Dans un entretien qu’il accorde aujourd’hui au Figaro (page 20), le ministre du Budget et des Comptes publics, Eric Woerth expose les intentions de la future délégation interministérielle mise en place pour lutter contre la fraude.

En coordination avec plusieurs ministères, cette délégation va "définir une politique nationale, fixer des priorités, bâtir des outils pour anticiper, plutôt que de courir derrière les fraudeurs", explique le ministre.

Dans le respect des avis de la Cnil, un croisement de fichiers systématique sera prochainement organisé. Ainsi, annonce-t-il, "la déclaration de ressources aux allocations familiales sera supprimée cette année, la direction des impôts transmettant ses données aux CAF".

Egalement dans ce sens, un fichier national est en train d’être testé, annonce Eric Woerth. Opérationnel au printemps, il prévoit un répertoire commun avec un même numéro pour les bénéficiaires de l’assurance maladie, des allocations familiales et de l’assurance chômage.

Parmi les autres mesures, figure une vérification attentive des ressources lors des attributions de couverture maladie universelle (CMU). "Nous envisageons une ouverture initiale des droits pour trois mois, le temps d’un contrôle plus poussé." La télétransmission des arrêts maladie par les médecins sera en outre expérimentée au printemps.

Trésorerie de la Sécu : un moindre mal
Selon l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss), "la trésorerie (qu’il ne faut pas confondre avec les comptes) s’est dégradée l’an dernier de 12,5 milliards d’euros".

Mais la situation est toutefois rassurante, estiment Les Echos (page 7). En effet, "l’Etat ayant remboursé 5,1 milliards de dettes en octobre, le solde de l’Acoss ne s’est établi “qu’à” – 20 milliards au 31 décembre 2007". Une des explications de ce léger mieux a pour origine une plus value de CSG sur les revenus du capital. "Au lieu de la stagnation attendue, les rentrées ont en effet progressé de… + 13,2% (soit un surcroît de 1,6 milliard d’euros)", expliquent Les Echos.

Frédéric Lavignette