croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Activité physique et cancer du sein : des chercheurs mènent l’enquête

La Mutualité Française et l'Association francophone de l'après-cancer du sein (Afacs) lancent, le 14 septembre, l'enquête nationale baptisée "Bougez contre le cancer du sein". Objectif : mieux connaître les pratiques physiques des femmes après un cancer du sein. Elles sont invitées à participer à cette enquête parrainée par Christine Arron. Notre photo : la championne d'athlétisme, Christine Arron, sprinteuse et détentrice du record d'Europe du 100 m.

Une dizaine de minutes : c'est le temps qu'il faut pour répondre à l'enquête nationale "Bougez contre le cancer du sein", lancée le 14 septembre par la Mutualité Française et l'Association francophone de l'après-cancer du sein (Afacs). Cette étude vise à recueillir des informations sur la pratique de l'activité physique après la survenue d'un cancer du sein. Elle est menée en partenariat avec l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep) et l'hôpital universitaire (CHU) de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Les femmes ayant eu un cancer du sein sont invitées à participer en remplissant un questionnaire anonyme en ligne sur le site www.bougezcontrelecancerdusein.fr. Les questions sont simples et portent sur les traitements prodigués, la nature et la fréquence des activités physiques ou encore le mode de vie. Ce site sera ouvert jusqu'au mois de mars 2011. Autre possibilité : appeler Priorité santé mutualiste au 39 35 (prix d'un appel local), le service d'information, d'aide et d'accompagnement de la Mutualité Française, pour demander l'envoi d'une version papier.

"Cette enquête doit nous aider à mieux connaître les déterminants qui influent sur la pratique ou non d'une activité physique après la maladie, résume le Dr Christian Jamin, gynécologue-endocrinologue et président de l'Afacs. De quoi ces femmes ont-elles peur ? Quel est le rôle des médecins dans la reprise d'une telle pratique ?"

Pour la Pre Martine Duclos, chef de service de médecine du sport du CHU de Clermont-Ferrand, il ne faut pas confondre activité physique et sport. " Ce qui compte, c’est de bouger un peu tous les jours, en effectuant par exemple une marche de trente minutes au moins cinq fois par semaine."

Diminuer les risques de récidive
Ces informations serviront à la création de campagnes de prévention mieux ciblées et plus efficaces. Un enjeu capital quand on connait les "effets bénéfiques de l'activité physique sur le pronostic, explique la Dre Carole Maître, gynécologue et médecin du sport à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep). La pratique d'une activité physique peut diminuer les récidives de 25% et la mortalité de 30%."

Bouger aide aussi à limiter le surpoids qui représente un facteur de risque de récidive du cancer du sein. Enfin, "l'activité physique permet également de diminuer la fatigue après la maladie", poursuit Carole Maître." D'une manière générale l'activité physique représente un élément majeur de la prévention des pathologies les plus lourdes, rappelle le président de la Mutualité Française Jean-Pierre Davant. Elle aide notamment à récupérer plus vite après une prise en charge médicale."

"Grâce à ces informations, conclut la championne d'athlétisme Christine Arron et marraine de "Bougez contre le cancer du sein", nous pourrons aider les femmes à retrouver une activité physique avec tous les bénéfices que cela comporte sur la santé."

Philippe Rémond