croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Handicap : des personnalités interpellent les candidats

Un collectif de personnalités touchées par le handicap en appelle aux candidats à l'élection présidentielle sur des revendications concrètes : ressources, accessibilité des lieux et des transports, scolarité et emploi.

"Candidats que faites-vous pour le handicap ?", lancent une quinzaine de personnalités touchées par le handicap (ou celui de leur enfant). Parmi les signataires : le sportif amputé des quatre membres, Philippe Croizon, qui a relié les cinq continents à la nage, le slameur Grand Corps malade, dont le film "Patient" vient de sortir sur les écrans, le réalisateur et comédien Dominique Farrugia, atteint d'une sclérose en plaques, le chanteur non-voyant, Gilbert Montagné, ou encore le champion de tennis en fauteuil Michaël Jérémiasz, précise Le Parisien.

Cette lettre ouverte est partie d'un constat amer. "Dans les débats sur les primaires, à droite comme à gauche, rien. Dans les meetings, le handicap occupe entre une et dix secondes sur une heure trente… Les politiques ont peur du handicap, trop souvent réduit à une source de dépenses. Mais c'est aussi une force ! Et qui peut générer de l'emploi", défend Philippe Croizon.

"Aujourd'hui, près de 8.000 adultes et enfants sont exilés en Belgique, loin de leur famille, faute de places dans les établissements médico-sociaux. 47.000 personnes sont sans solution de prise en charge. Il faut pouvoir proposer un accueil en France", ajoute-t-il dans Le Parisien.

Les signataires de cet appel demandent aux candidats des réponses concrètes aux "cinq urgences", indique La Croix. Ainsi, ils exigent notamment une réévaluation "substantielle" de l'allocation adulte handicapé (AAH), plafonnée à 808 euros par mois aujourd'hui. Ensuite, ils veulent que soient développées des solutions d'accueil en France afin d'"en finir avec l'exil" en Belgique. Par ailleurs, l'accessibilité des bâtiments publics n'est toujours pas garantie, rappellent-ils, alors qu'elle devait être achevée au 1er janvier 2015.

En outre, ils réclament davantage de postes d'auxiliaires de vie scolaire (AVS), ainsi qu'une formation "digne de ce nom", étendue à tous les enseignants pour améliorer l'accueil des enfants handicapés. Toutes ces mesures permettraient de lutter contre le chômage, qui touche 20% des personnes handicapées, soit le double de la moyenne nationale.

Au-delà de ces mesures concrètes, le tennisman en fauteuil Michaël Jérémiasz espère surtout que l'appel contribuera à éduquer les regards, rapporte La Croix. "Nous espérons que les hommes politiques vont enfin changer de langage. L'un d'eux vient de répéter à l'envi devant des millions de téléspectateurs qu'il n'est pas "autiste"… Cela fait très mal. Mais ce changement de regard n'est pas l'affaire des politiques seuls. Les médias aussi doivent sortir d'un traitement purement compassionnel du handicap."

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)