Sida : « On a tous une bonne raison de faire le test »

En France, 30.000 personnes ignorent toujours leur séropositivité. Pour sensibiliser la population à l'intérêt du dépistage, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) mène une nouvelle campagne jusqu'à fin décembre. Son slogan : "On a tous une bonne raison de faire le test du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST)."

"Malgré diverses stratégies de prévention, l'épidémie du VIH reste toujours active en France avec près de 7.000 nouvelles contaminations par an", a indiqué le 1er décembre l'Institut de veille sanitaire (InVS) lors de la Journée mondiale de lutte contre le sida. Ces nouvelles contaminations touchent particulièrement les hommes ayant des rapports homosexuels et les personnes originaires d'Afrique subsaharienne, précise le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) dont les données portent sur l'année 2013.

Mais un nouveau constat alarmant émerge : à eux seuls, les jeunes de 15 à 24 ans apprenant qu'ils sont séropositifs après un test de dépistage représentent désormais 11,7% du total des découvertes de séropositivité (voir infographie). "Dans un contexte de banalisation du VIH, il est important de poursuivre et d'encourager les actions de prévention à l'égard des adolescents et des jeunes adultes (…)", préconise l'InVS.

Au total, 150.000 personnes vivent aujourd'hui avec le VIH en France. Parmi elles, 30.000 ignorent toujours leur séropositivité, soit environ 20%. Face à ce constat, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) renouvelle durant ce mois de décembre sa campagne de sensibilisation annuelle à l'"enjeu majeur" du dépistage.

"Se protéger et protéger les autres"

"Connaître son statut sérologique, c'est se protéger et protéger les autres. C'est aussi, pour les personnes qui découvrent leur séropositivité, la possibilité de bénéficier d'une prise en charge médicale", explique l'Inpes. Cet institut rappelle également que l'usage du préservatif reste le moyen le plus sûr de prévenir toutes les infections sexuellement transmissibles (IST), dont le VIH.

Sous le slogan "On a tous une bonne raison de faire le test du dépistage du VIH et des IST", la campagne met en scène des femmes et des hommes, jeunes et plus âgés, en couple ou non, et de différentes origines. Ces personnages décident d'effectuer un test de dépistage parce qu'ils se disent "amoureux", "engagés", "prêts" ou encore "dignes de confiance". L'objectif est de sensibiliser le plus grand nombre à l'intérêt de se faire dépister.

Plusieurs spots télés sont diffusés à la télévision jusqu'à fin décembre. Des affiches sont apposées dans les gares, à l'arrière des bus et dans les stations de métro. La campagne renvoie vers Sida info service (0 800 840 800 et www.sida-info-service.org) pour savoir où, quand et comment se faire dépister.

Par ailleurs, un dispositif ludique et interactif est mis en place dans les gares de grandes villes comme Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris et Strasbourg. Des cabines photomaton posent la question "Et vous, comment vous sentez-vous aujourd'hui ?". La personne peut prendre une photo affichant son humeur du jour et le message "Je fais le test". Au moment de récupérer sa photo, elle obtiendra une liste des centres de dépistage gratuit les plus proches.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)