Santé : Marisol Touraine perd une partie de son portefeuille

"Marisol Touraine se voyait bien quitter la Santé pour la Défense ou un autre ministre régalien", croit savoir Le Parisien/Aujourd'hui (page 4). Si elle progresse dans l'ordre protocolaire – elle est désormais numéro quatre du gouvernement – elle perd sa secrétaire d'Etat Laurence Rossignol, nommée ministre de plein exercice à la Famille, à l'Enfance et aux Droits des femmes. Cette dernière était aussi chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, que récupère Pascale Boistard. Enfin, Marisol Touraine reste ministre de tutelle de Ségolène Neuville, qui conserve son poste de secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion.

"Où sont les droits des femmes ? Relégués avec la famille et l'enfance", s'insurge l'association Osez le féminisme, qui regrette aussi qu'il n'y ait plus de femmes ministres "avec un portefeuille régalien" dans le nouveau gouvernement, composé de 19 hommes et de 19 femmes. "Les 13 millions de retraités et personnes âgées n'ont toujours droit qu'à un secrétariat d'Etat", déplore pour sa part l'association AD-PA, qui regroupe les directeurs de services à domicile et de maisons de retraite.

Les 13 millions de retraités et personnes âgées n'ont toujours droit qu'à un secrétariat d'Etat, déplore l'association AD-PA, qui regroupe les directeurs de services à domicile et de maisons de retraite.

"Cosse au Logement, les Verts à la rue" : c'est la formule lapidaire choisie par Libération (page 4) pour résumer la principale nouveauté de ce remaniement : le retour de ministres écologistes au gouvernement. "Il les voulait ses petits hommes verts sur la photo", écrit ironiquement Rachid Laïreche dans Libé. En annonçant hier soir la tenue d'un "référendum local" sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le président de la République s'est défendu de toute "négociation" avec Emmanuelle Cosse, ex-patronne d'EELV et nouvelle ministre du Logement.

Deux autres élus écologistes font leur entrée au gouvernement : le sénateur Jean-Vincent Placé, nommé secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification (Le Figaro page 4), et la députée Barbara Pompili, au poste de secrétaire d'Etat aux Relations internationales sur le climat et à la Biodiversité auprès du ministère de l'Environnement (Libération page 4). Une nouveauté aussi dans ce gouvernement Valls 3 : la création d'un secrétariat d'Etat à l'Aide aux victimes, confié à Juliette Méadal. Cette ancienne porte-parole du PS sera particulièrement chargée de suivre les dossiers des victimes des attentats de 2015.

Pour la presse, ce remaniement est le signe que François Hollande tient à garder le cap à quinze mois de l'élection présidentielle. "Monsieur bricolage", titre la "une" du Parisien/Aujourd'hui, qui dénonce les "petits réglages". Même chose pour Le Figaro, qui y voit "un dernier replâtrage pour finir le quinquennat". Libération propose les "Derniers Verts pour la route", et s'interroge sur l'avenir : "Trois écolos qui entrent, Ayrault au Quai d'Orsay, ce qui pourrait être le dernier gouvernement du quinquennat se veut stratégique en vue de 2017. Suffisant ?"

 

A lire aussi – Médecins : les annonces de Manuel Valls

Parmi les vingt-deux mesures annoncées hier par le Premier ministre à la Grande conférence de santé, figure la création de passerelles pour permettre aux diplômés des professions paramédicales (infirmières, kinés, …) d'avoir accès aux 2e et 3e années de médecine, sans passer de concours, rapportent Les Echos (page 4). En outre, les "droits aux bourses" des paramédicaux, actuellement très différents selon les régions, seront alignés sur ceux des autres étudiants universitaires, a promis Manuel Valls.

Ces mesures n'ont pas convaincu les syndicats de médecins libéraux, qui boycottaient la Conférence de santé et organisaient, le même jour dans un hôtel parisien, leurs "assises de la médecine libérale", constate Le Figaro-économie (page 24). "Nous voulons tordre le cou au discours gouvernemental, selon lequel nous sommes des ringards et que les jeunes et les modernes sont avec Manuel Valls et Marisol Touraine à la Grande conférence santé", a attaqué Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF.

Les représentants des cinq syndicats de médecins libéraux ont interpellé le Premier ministre pour demander des moyens supplémentaires afin d'assurer le "virage ambulatoire", prôné par le gouvernement, notent Les Echos (page 4). "Il faut investir, faute de quoi cela restera une incantation", a réclamé Claude Leicher, président du syndicat de généralistes, MG-France.

En bref

Social

  • "Des étudiants en médecine sous influence." La Troupe du rire, un collectif d'étudiants en médecine, publie un livret (disponible sur le site Internet Formindep) sur les stratégies utilisées par les labos pharmaceutiques pour influencer les futurs médecins pendant leurs études médicales. Le Point n° 2266, page 22.
  • "Cancer de l'enfant, la parole des parents." Les parents d'enfants cancéreux sont à la fois pleins d'espoir et d'interrogations face au discours des médecins ou des chercheurs. La Croix page 8.
  • "Cannabis : ce que confient les ados accrocs." De l'écoute, pas de morale : les "consultations jeunes consommateurs" cherchent à faire décrocher les fumeurs de joints. Le Figaro page 12.
  • "Pour en finir avec l'anxiété." Le best-seller du journaliste américain Scott Stossel arrive en France, traduit par les éditions Belfond. Enquête sur le mal du siècle. Le Point n° 2266, pages 46 à 57.

Economie

  • "Assurance-vie en ligne, le plus des FinTech." Le marché de l'assurance-vie en ligne risque d'être bouleversé par l'arrivée des "robo-advisors". Les algorithmes vont-ils remplacer les conseillers en gestion du patrimoine ? Les Echos supplément Patrimoine page 5.
  • "Les milliards égarés de l'assurance-vie." Les établissements financiers doivent désormais restituer leurs avoirs aux bénéficiaires des assurances-vie ou des comptes bancaires oubliés dans leurs bilans depuis des décennies. L'Obs n°2675, pages 68 à 71.
John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)