Protection sociale : proposition de réforme

Voici une nouvelle proposition de réforme de la protection sociale. Elle émane du Conseil d’analyse économique (CAE), organisme rattaché au Premier ministre, et elle signée par deux économistes Antoine Bozio et Brigitte Dormont. Les deux auteurs estiment que la complexité du système est devenue telle qu’elle nuit à son efficacité. Avec la multitude de régimes et de caisses, aux règles divergentes, "personne ne comprend plus rien, estime, dans La Croix (page 23), Brigitte Dormont. Cette complexité nuit au pilotage du système et pose un problème démocratique en créant une opacité qui nuit à un véritable débat sur les réformes et leurs effets réels."

Pour remédier à cette situation, "les deux économistes prônent la création de deux pôles de protection sociale avec des sources de financement distinctes : un pôle non contributif payé par l’impôt et intégré au budget de l’Etat, qui comprendrait la famille, la maladie, la lutte contre la pauvreté ; et un pôle contributif, assis sur les cotisations sociales, pour tous les revenus de remplacement, c’est-à-dire les retraites, l’assurance-chômage, les indemnités journalières", notent Les Echos (page 5).

Concernant l’assurance maladie, les deux économistes préconisent de définir un "panier de soins solidaire", comprenant des "soins essentiels", "accessibles à tous sans barrière financière". Il serait financé par la dépense publique. Le rôle des complémentaires santé serait alors cantonné à "la couverture des soins hors de ce panier". En outre, les deux auteurs reprennent à leur compte une "proposition qui revient régulièrement dans le débat depuis 2007", relève le quotidien économique : la création d’un bouclier sanitaire destiné à réduire les restes à charge. Au-delà d’un certain niveau de dépenses annuelles sur le panier de soins, l’assurance maladie prendrait la facture à sa charge intégralement", expliquent Les Echos.

Ces propositions laissent dans l’ombre la lutte contre les dépassements d’honoraires, qui sont un facteur majeur dans les restes à charge, passent sous silence le fait que l’intervention actuelle des complémentaires permet l’accès à des soins essentiels, que ce soit l’optique et le dentaire, et donc que le véritable débat porte sur la régulation des dépenses de santé et non celle des seules dépenses d’assurance maladie.

Les jeunes en prennent plein les oreilles

Les tympans des jeunes commencent sérieusement à préoccuper les autorités sanitaires, constate Le Monde (page 11). La raison ? L’utilisation fréquente des casques audio et des oreillettes pour écouter de la musique ou visionner un film. Un quart des 15-19 ans ont un usage intensif de musique "amplifiée", selon une enquête publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 19 janvier. Selon l’OMS, la moitié des jeunes de 12 à 35 ans des pays développés sont exposés à des niveaux sonores trop élevés (85 décibels pendant 8 heures d’affilée ou 100 décibels pendant 15 minutes).

La réglementation française a fixé à 100 décibels la puissance sonore maximale de sortie des baladeurs. "De plus en plus de jeunes risquent de subir des dommages auditifs. Ils doivent être conscients que l’ouïe, quand elle est perdue, ne revient pas", met en garde, dans Le Monde, le Dr Shelley Chahda, responsable du programme de prévention de la surdité et de la déficience auditive pour l’OMS. Si les troubles auditifs apparaissent souvent aux alentours de 60-65 ans, ils touchent de plus en plus les jeunes. Près de 10% des moins de 25 ans présentent une perte auditive pathologique, selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

En bref

Social

– "Déserts médicaux, honoraires : des progrès à consolider." La prochaine convention médicale devra poursuivre les progrès entamés en 2011, souhaite la Cnam. Les Echos page 5.

– "L’espérance de vie a reculé en 2015 " Deux raisons principales à cela : l’épidémie de grippe a été plus mortelle que les années précédentes et le vieillissement de la population qui se poursuit. Le Monde pages 1 et 9 et Le Figaro page 2.

– "Les départements partent en guerre contre l’Etat sur le RSA." La majorité des présidents des conseils départementaux plaident pour conserver le financement du RSA, mais ils demandent la contribution de l’Etat. Les Echos page 2.

– "Sédation." Les parlementaires sont parvenus hier à un accord sur la proposition de loi relative à la fin de vie. Le texte, qui crée un droit à la sédation en phase terminale, devrait être adopté à la mi-février. Libération page 11.

– "Les députés revoient à la baisse les ambitions de la loi pour une "République numérique"." Le texte porte sur l’ouverture des données, cet "or noir" de l’économie numérique. Le Monde Economie & entreprise page 8 et Libération page 5.

Santé

– "Suicide à l’hôpital Pompidou : "En finir avec les arrangements entre amis"." Le Pr Gérard Friedlander, doyen de la faculté de médecine Necker-Pompidou, revient sur les modes de nominations et sur la question de la souffrance au travail. Libération page 11 et La Croix page 4.

– "L’antibiorésistance, menace mondiale." Devant l’accroissement rapide de la résistance aux antibiotiques, les médecins hospitaliers tirent le signal d’alarme. Le Monde Science&médecine page 2.

– "Les médicaments du cancer, objets de spéculation." Le prix des anticancéreux augmente de façon démesurée, dénonce Philippe Petit, membre du comité de patients de l’institut Paoli-Calmettes, à Marseille. Ce qui crée le risque de creuser davantage les inégalités face à la maladie. Le Monde Science & médecine page 8.

Economie

– "Sur le front des allergies, ALK veut profiter des déboires de Stallergenes." Alors que le laboratoire français attend l’autorisation de démarrer son activité, son concurrent danois va doubler ses capacités de production. Le Monde Economie & entreprise page 5.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)