Loi Travail : la jeunesse est dans la rue

Ce jeudi 17 mars 2016, les étudiants et les lycéens retournent dans la rue afin de manifester contre le projet de réforme du Code du travail. Cette manifestation permettra de mesurer leur implication, même après la modification de certaines mesures du texte, remarque Le Monde (page 13). Lors de la mobilisation du 9 mars dernier, rappelle le quotidien, on comptait près de 100.000 jeunes dans les cortèges intersyndicaux.

Compte tenu des dernières positions du ministre de l'Economie, la détermination des étudiants pourrait ne pas s'être émoussée. En effet, d'après Le Monde Economie & entreprise (page 3), Emmanuel Macron aurait aimé "aller plus loin" encore dans la réforme, comme il l'a déclaré le14 mars 2016. Cependant, il a fallu "être pragmatique", a-t-il reconnu au sujet des concessions annoncées par le Premier ministre pour calmer les tensions.

"Le président de la République et le Premier ministre ont fait un choix en responsabilité, celui de retirer les points sensibles, de faire passer le maximum de réforme acceptable", a-t-il déclaré. Le but était d'éviter "le blocage complet".

Il regrette particulièrement les modifications sur l'extension des forfaits jours aux entreprises de moins de 50 salariés. De même, il déplore l'abandon du plafonnement du barème des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, mesure remplacée par un barème indicatif. En revanche, il se félicite du maintien de la réforme du licenciement économique, mesure "qu'il a fortement impulsée".

Pour ce qui concerne les conditions de travail des apprentis, là non plus, le recul du gouvernement ne le satisfait pas : "J'espère que le débat parlementaire permettra de réintroduire des dispositions de bon sens qui ont été retirées à la demande des syndicats réformistes et des organisations de jeunesse. A force de vouloir prendre des mesures protectrices pour les jeunes, on ne les protège pas au travail mais on les protège du travail. J'avoue que je n'arrive pas à m'y résoudre",  a-t-il confié.

Cet après-midi, dans la rue, les jeunes lui exprimeront à leur façon ce qu'ils pensent du texte. Combien seront-ils ? Jusqu'où leur cri portera-t-il ?, s'interroge Philippe Besson dans une tribune de Libération (pages 16 et 17). Ces questions, souligne l'écrivain, "angoissent nos dirigeants, tétanisés à l'idée que la mobilisation prenne et se répande telle une traînée de poudre. Car les jeunes sont une matière inflammable, l'histoire est là pour le rappeler aux oublieux".

En bref

Social

  • "Médecins : vers une amélioration de la retraite supplémentaire." Les négociations sur la convention médicale ont débuté mercredi autour de la démographie médicale et de la protection sociale. Les syndicats de professionnels de santé ont obtenu un accord de principe de l'assurance maladie pour renforcer l'assurance supplémentaire vieillesse (ASV), qui représente 40% de la retraite des médecins. Le taux de cotisation sera porté de 2,6% des revenus à 3,8% en 2020. L'assurance maladie continuera à prendre en charge les deux tiers de ces cotisations pour les médecins en secteur 1, soit un surcoût annuel de 60 millions d'euros à terme. Le coût actuel s'élève à 370 millions d'euros. Les Echos page 2.
  • "Prélèvement à la source, mode d'emploi." Conformément à l'une des promesses de François Hollande, l'impôt sur le revenu sera directement prélevé à la source avant la fin du quinquennat. Les modalités concrètes du dispositif annoncé pour le 1er janvier 2018 figureront dans le projet de loi de finances rectificative qui sera présenté au Parlement en juin. Hier, le ministre des Finances, Michel Sapin, et le secrétaire d'Etat chargé du budget, Christian Eckert, ont indiqué que les salariés, mais également les retraités, les demandeurs d'emploi ou les bénéficiaires de revenus de remplacement, les indépendants et les propriétaires percevant des revenus fonciers seront concernés par ce prélèvement à la source. Le Monde page 10, Les Echos page 3 et Le Figaro pages 20 et 21
  • "Vers une augmentation d'au moins 1% du salaire des fonctionnaires." La nouvelle ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, doit rencontrer les syndicats de fonctionnaires et les représentants des collectivités locales et des hôpitaux ce jeudi 17 mars 2016, afin d'évoquer le dégel du point d'indice, qui sert de base au calcul du salaire des quelque 5,3 millions d'agents de l'Etat, des collectivités locales et des hôpitaux. Les Echos page 5.
  • "Le parlement veut empêcher le départ des médecins de l'hôpital." En vertu d'une clause de non-concurrence inscrite dans la loi de modernisation du système de santé, les médecins ayant une activité libérale au sein d'un hôpital, et qui voudraient quitter leur établissement pour exercer à plein-temps dans le privé, pourraient être prochainement contraints. En effet, il est prévu de leur interdire d'exercer pendant une période de 6 à 24 mois dans un rayon au minimum égal à trois kilomètres et maximum égal à dix kilomètres. S'ils contrevenaient à cette obligation, ils pourraient être sanctionnés par une amende. Le Figaro page 19.

Santé

  • "En qui avez-vous le plus confiance ?" L'agence A+A a demandé à un panel de Français d'attribuer des notes de confiance aux différents acteurs de notre système de santé. Parmi les résultats obtenus par cette société d'études, qui travaille habituellement pour le compte d'institutions ou de laboratoires, le médecin généraliste arrive en tête avec une note de 7,39 sur 10, suivi des médecins spécialistes (7,33), des médicaments (7,17), des pharmaciens (6,73), de l'hôpital (6,48), des mutuelles (6,39) ou encore de la Sécurité sociale (6,15). Dernier du classement : Internet sur les sujets de santé avec 4,64/10. Le Parisien/Aujourd'hui page 11.

Et aussi

  • Portrait-robot de la femme victime des violences conjugales. Le Monde page 14.
  • L'épidémie de grippe repart à la hausse à la suite de la vague de froid et la fin des vacances scolaires. Le Parisien/Aujourd'hui page 12.
  • L'Académie de médecine s'alarme de la pénurie de médecins spécialisés dans la gestion de la douleur. Le Parisien/Aujourd'hui page 12.
  • Sanofi et Regeneron contestent le verdict en contrefaçon rendu par un tribunal américain à propos du Praluent®, leur traitement contre le cholestérol. Les Echos page 16.
  • La start-up marseillaise Biosantech vient d'annoncer des résultats positifs en ce qui concerne une étude clinique sur les essais d'un vaccin thérapeutique contre le sida. Les Echos page 26.
  • Des chercheurs de l'Institut Pasteur apportent la preuve que le virus Zika peut entraîner, chez la femme enceinte, une microcéphalie de son fœtus. Le Monde page 7.
  • Au nom de la santé des citoyens, une vingtaine de maires de grandes villes interpellent les gouvernements européens afin que soit garanti le respect des normes européennes de pollution de l'air par les industriels. Le Monde page 22.
  • La dénomination des nouvelles régions est un véritable "casse-tête". Le Figaro page 4.
Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)