Complémentaire en entreprise : dernières recommandations

Il ne reste plus qu'un mois et demi avant la généralisation obligatoire des complémentaires santé à toutes les entreprises, et nombreux sont les retardataires. Selon le site LeComparateurAssurance.com cité dans Les Echos (page 37), plusieurs centaines de milliers de TPE qui n'auraient pas encore fait le choix de leur couverture santé pour tous leurs salariés commencent à se réveiller.

"Au mois d'août, déclare le fondateur du site en ligne, Christophe Triquet, nous comptions entre 150 et 200 demandes de devis par mois. Aujourd'hui, nous dépassons les 1.200." Un sursaut qui "n'est pas à la hauteur de ce qu'il faudrait pour rattraper le retard", indique-t-il, en partie parce que les entreprises perçoivent le sujet comme "complexe".

Il est vrai que l'offre est vaste, et, pour bien faire son choix, "le chef d'entreprise va surtout se faire conseiller par un prescripteur de confiance : son expert-comptable, son opérateur de paie, l'organisme auprès duquel il a déjà souscrit une complémentaire santé à titre individuel, son syndicat professionnel ou son écosystème", explique Henri Mathon, directeur général adjoint de la mutuelle Prévifrance.

Certains conseils sont particulièrement nécessaires pour ce qui concerne l'application des socles de prestations, qui peuvent différer en fonction des collèges de salariés (cadres, non-cadres, direction). "A l'intérieur d'un même collège, notent Les Echos, tout le monde doit être traité de la même manière. L'employeur peut aussi proposer des garanties supérieures au socle minimal, tout en restant exonéré des charges sociales à condition de respecter des plafonds et des planchers."

Pour moitié, la complémentaire santé des salariés sera financée par l'employeur. Par là même, il bénéficiera d'abattements sociaux et fiscaux. En cas de non-application du dispositif "collectif et obligatoire" dans son établissement, il encourt un redressement de l'Urssaf. Pour ce qui est du montant mensuel de chaque prime, il oscille entre 18 et 23 euros. "A ce prix-là, les assureurs entrent tout juste dans leurs frais techniques, remarque Christophe Triquet. Ils espèrent ainsi capter des clients pour leur surcomplémentaires santé."

Des surcomplémentaires que peuvent souscrire les employeurs eux-mêmes dans le cadre d'un "groupe collectif ouvert", mais seuls les salariés qui le désirent y adhèrent. Ceux-ci peuvent par ailleurs refuser l'affiliation au contrat groupe de leur entreprise : c'est notamment le cas lorsqu'ils sont déjà couverts par la complémentaire santé de leur conjoint.

A lire aussi dans la presse - Le classement des établissements hospitaliers

A partir des données d'hospitalisation de l'année 2014 connues depuis l'été dernier, L'Express (pages 38 à 85) publie cette semaine son Palmarès annuel des hôpitaux et cliniques. Les équipes de 605 établissements pour 37 spécialités sont ainsi évaluées à l'aune de leurs performances et en fonction de la qualité de leurs techniques opératoires.

Parmi ces résultats, on notera, entre autres, que l'Institut mutualiste Montsouris ( Paris) se place au 1er rang pour le traitement du cancer de la prostate, au 3e pour la chirurgie de l'adénome de la prostate et au 8e pour la chirurgie du cancer du côlon et du rectum. Une chirurgie que maîtrise également la clinique mutualiste chirurgicale de Saint-Etienne, puisqu'elle occupe la 4e place. Toujours pour le cancer du côlon et du rectum, la clinique Jules Verne de Nantes arrive en 9e position.

L'Institut mutualiste Montsouris se place également dans les dix premiers pour la chirurgie des cancers bronchopulmonaires (9e place) et pour les pontages aortocoronarien (9e place).  Pour ce qui est de la pose de prothèse au genou, la clinique mutualiste chrirugicale de Saint-Etienne occupe la 7e place.

En bref

Social

– "Tiers payant généralisé : les médecins refusent de capituler." Les syndicats de médecins ont appelé les praticiens libéraux à une journée santé morte afin de manifester contre le projet de loi santé de retour à l'Assemblée, lundi, pour une deuxième lecture en séance plénière. Ce "black friday" des médecins s'oppose particulièrement à l'instauration du tiers payant en médecine de ville. Les patients vont donc trouver certaines portes de cabinets fermées, et des opérations chirurgicales programmées dans des établissements privés ont été reportées. Les Echos page 5, Libération pages 14 et 15, et Le Figaro page19.

– "La baisse des accidents du travail a atteint un palier." En 2014 comme en 2013, les accidents du travail sont à la baisse : 621.111 cas assortis d'un arrêt de travail ont été recensés l'an dernier. Autrement dit, 34 travailleurs sur 1.000 ont été concernés, contre 40 sur 1.000 il y a dix ans. Seuls 5% des accidents sont graves, et débouchent sur une incapacité permanente du salarié. C'est dans ce contexte d'amélioration à la fois de la sinistralité et de retour à un excédent que la branche AT-MP s'apprête à voir diminuer le taux de cotisation des employeurs l'année prochaine de 2,44% à 2,38%, à l'occasion du vote du budget de la Sécurité sociale. Les Echos page 6.

– "Une salle dédiée au vapotage, nouvelle “imbécillité” imposée aux entreprises." La commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale vient de voter l'interdiction de fumer la cigarette électronique sur le lieu de travail. Certains députés proposent même d'obliger les entreprises à mettre à disposition des salariés un lieu dédié au "vapotage". Le Figaro page 17.

– "Lâchez vos vieux binocles." Donner une seconde vie à ses lunettes est possible, notamment en passant par L'Ordre de Malte qui les collecte, de même que l'association Lunettes sans frontières. De nombreuses entreprises spécialisées en optique ont aussi des lieux pour les récupérer. Dès demain et jusqu'au 22 novembre, ce sera le cas chez Atol qui les confiera par la suite à l'association Médico Lions Club pour être triées, reconditionnées et distribuées à ceux qui en ont le plus besoin. Le Parisien/Aujourd'hui page 13.

Santé

– "Prédire la sortie du coma avec l'imagerie cérébrale." Grâce à un examen réalisé par imagerie à résonance magnétique (IRM) fonctionnelle sur le cerveau de patients plongés dans le coma, une équipe de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est parvenue à prédire quels individus victimes d'un traumatisme crânien ou d'un arrêt cardiaque vont récupérer leur conscience. Le Monde page 5.

– "Le risque cancérogène du glyphosate des désherbants jugé improbable." Alors que la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, avait décidé en juin d'interdire la vente aux particuliers d'herbicides contenant du glyphosate (le plus célèbre étant le Roundup de Monsanto), l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a publié hier un avis dans lequel elle affirme qu'il est "improbable" que la molécule herbicide, soit "génotoxique" pour l'homme, "c'est-à-dire qu'elle endommage l'ADN, ou qu'elle constitue une menace cancérogène pour l'homme". La Croix page 15 et Le Figaro page 10.

Et aussi

– Les immunothérapies peuvent être très toxiques pour certains patients atteints du cancer. Deux études montrent que les bactéries intestinales de chacun déterminent le degré d'efficacité de ces traitements. Le Monde Science et Médecine page 2.

– Dans une décision rendue le 12 novembre, le Conseil d'État considère que l'anonymat des donneurs de sperme doit être maintenu. La Croix page 10.

– La mortalité maternelle dans le monde a chuté de 44% depuis 1990, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais 99% des décès ont été enregistrés dans des pays en développement. Le Figaro page 10.

– Selon une étude de la Drees publiée hier, les départements ont attribué en 2014 un nombre de 4,2 millions de prestations au titre de l'aide sociale aux personnes âgées, personnes handicapées, à l'enfance ou l'insertion, soit +3% sur un an. Les effectifs des allocataires du revenu de solidarité active (RSA) socle sont en hausse de 4% et le nombre des aides aux personnes handicapées de 5%. Les Echos page 6.

– Cancer colorectal : des résultats encourageant sur les souris avec l'utilisation à haute dose de la vitamine C (équivalent de 300 oranges par jours). Le Figaro page 10.

– Selon Bercy, la prévision de déficit budgétaire pour 2015 avoisine les 73,3 milliards (contre 73 milliards révisés en septembre). Le Figaro page 19.

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)