France 2 rend hommage aux soignants de Kerpape

Une émission spéciale, présentée hier soir par Michel Drucker sur France 2, en présence de Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, et de Pierre Carli, médecin-chef du Samu de Paris, a rendu hommage aux médecins et infirmières, particulièrement sollicités lors des attentats du 13 novembre dernier.

Des artistes ont accepté de vivre le quotidien des professionnels de santé. L'humoriste Patrick Timsit a ainsi passé 24 heures avec une équipe du Samu de l'hôpital Necker, à Paris. Le comédien Thierry Lhermitte a rencontré un médecin chercheur à Toulouse. La chanteuse Anggun s'est envolée pour Madagascar, avec l'association Aviation sans frontières, pour ramener en France un enfant qui sera opéré du cœur et l'actrice Elsa Zylberstein a passé une journée à la maternité du CHU d'Angers (Maine-et-Loire).

A Kerpape, 400 patients sont accueillis chaque jour par 700 professionnels en cardiologie, traumatologie, orthopédie…

"Regardez ce que j'ai vu à Kerpape, et qui restera gravé dans ma mémoire et sûrement dans la vôtre, pour longtemps", a déclaré Michel Drucker pour lancer le reportage qu'il a réalisé au centre de rééducation fonctionnelle mutualiste situé près de Lorient (Morbihan). Dans cet établissement, 400 patients sont accueillis chaque jour par 700 professionnels en cardiologie, traumatologie, orthopédie… Kerpape a son propre laboratoire de recherche et fabrique des prothèses sur place. Les durées de séjour sont variables. Elles vont de trois semaines jusqu'à dix-huit mois pour certains patients. C'est le cas de Johann, ancien joueur de football professionnel, devenu tétraplégique à la suite d'un plongeon dans une piscine.

A Kerpape, on utilise le cheval pour faire de la rééducation motrice. Au gymnase, Johann utilise l'exosquelette, une machine motorisée électronique unique en France, pour réapprendre à marcher et pour travailler sur l'équilibre et la coordination des mouvements. "La machine m'aide à me relever. Ce sont des petits pas, mais une avancée considérable pour moi", témoigne Johann.

A lire aussi – Les médecins à l'offensive sur les tarifs

Après MG-France, c'est au tour de la CSMF d'appeler à une hausse unilatérale de la consultation des médecins généralistes, et ce à quelques semaines (mi-février) de la négociation sur une nouvelle convention médicale avec l'assurance maladie, rapportent Les Echos (page 3). Ces deux syndicats demandent à leurs adhérents exerçant en secteur 1 de porter le prix de la consultation de 23 à 25 euros. "Dans la quasi-totalité des cas, la mutuelle rembourse le dépassement d'honoraires aux patients", prétend le Dr Claude Leicher, président de MG-France, pour justifier cette revendication.

Cette revendication survient dans "un climat tendu", observent Les Echos : "Après le vote d'une loi Santé, qui les horripile, et une mobilisation contre le tiers payant généralisé, qui n'a servi à rien, les médecins sont à cran ». L'Unof-CSMF incite toujours ses adhérents à refuser d'appliquer le tiers payant généralisé et à poursuivre la grève administrative en envoyant les feuilles de soins au lieu d'utiliser la carte Vitale

Pour justifier la hausse du prix de la consultation, les deux syndicats ont recours au "dépassement pour exigence". Il s'agit d'une clause prévue par la convention médicale, en cas de "circonstances exceptionnelles de temps ou de lieu, dues à une exigence particulière du malade non liée à un motif médical".

"Parler d'une stagnation des revenus est inexact et trompeur", a réagi l'assurance maladie, qui rappelle que les généralistes ont bénéficié de nouveaux éléments de rémunération (majoration personnes âgées, forfait médecin traitant, rémunération sur objectifs de santé publique…) ayant eu pour effet "d'augmenter leur rémunération de 8,9% sur les quatre dernières années".

"Commencer l'année en appelant à sortir des règles tarifaires, c'est une drôle de manière de défendre le modèle conventionnel, auquel les syndicats disent par ailleurs être attachés", avait indiqué, en décembre, le directeur général de la Cnam, Nicolas Revel.

En bref

Social

– "Les dépenses par bénéficiaire de la CMU ont tendance à diminuer." L'augmentation du nombre de bénéficiaires de la CMU ne s'accompagne pas d'une hausse du coût moyen par personne. Les Echos page 3.

– "El Khomri au nez et à la barbe de Macron ?" La loi sur "les nouvelles opportunités économiques" pourrait ne devenir qu'un appendice de la "grande réforme" concoctée par la ministre du Travail sur la refonte du Code du travail, la négociation collective et la mise en place du compte personnel d'activité, selon Libération pages 16 et 17.

– "Aveugles : des obstacles à perte de vue." Déplacements, études, travail… Ne pas voir reste une épreuve de tous les instants et une source de vexations au quotidien. Les actions des pouvoirs publics restent insuffisantes dans le domaine de l'adaptation. Libération pages 18 et 19.

– "Financement de la santé : et si on s'y prenait autrement ?" "La définition d'un nouveau modèle de financement de l'innovation en santé repose pour beaucoup sur la capacité de notre système à réviser ses schémas, à donner sa véritable chance à la prévention, à répercuter sur son organisation les effets cumulés des progrès en santé et des développements technologiques", estime Patrick Errard, président du Leem (entreprises du médicament), dans une tribune publiée dans Les Echos (page 11).

– "Des failles dans les complémentaires santé." La généralisation de la couverture complémentaire en entreprise engendre des effets pervers, souligne le mensuel Alternatives Economiques n° 353 (janvier), pages 30 et 31.

Santé

– "Stop aux appareils dentaires faits maison." Ne fabriquez pas d'appareils dentaires avec des élastiques ou des trombones, c'est dangereux ! alertent les orthodontistes. Le Parisien/Aujourd'hui page 8.

– "Des spermatozoïdes sous influence." Des études suggèrent qu'un régime trop riche ou carencé, ou bien un traumatisme psychique, peuvent avoir un impact sur la descendance. Le Monde Science & médecine page 3.

– "En Inde, guérir la cécité éclaire la recherche." En opérant puis en observant de jeunes Indiens nés aveugles, le chercheur Pawan Sinha a découvert une plasticité inconnue du cerveau. Le Monde Science & médecine page 2.

– "Des cancers dus aux déchets à Naples." Un rapport souligne le lien entre la pollution due à la combustion ou à l'enfouissement des déchets toxiques et le nombre élevé de décès ou de maladies graves constaté dans la région de Naples (Campanie), notamment chez les enfants et les bébés. Le Monde page 6.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)