Xavier Bertrand aux petits soins pour les médecins

"Le rapport Hubert est un bon rapport. Il ne doit pas rester dans les tiroirs", c’est par ces mots, et en présence d’Elisabeth Hubert, ancienne ministre de la Santé, que Xavier Bertrand a annoncé hier des "mesures rapides et simples" pour revaloriser la médecine de proximité, rapporte La Tribune (page 4). Le ministre de la Santé a d’abord annoncé que certaines dispositions contraignantes pour les médecins, contenues dans la loi HPST de 2009, seraient annulées, notent Les Echos (page 5).

Dès février, la proposition de loi présentée par Jean-Pierre Fourcade, député UMP des Hauts-de-Seine, supprimera l’obligation de déclarer ses congés deux mois à l’avance (permanence des soins) et d’aller exercer, sous peine de sanctions financières, dans les zones sous-dotées médicalement, indique La Tribune. Ces mesures n’étaient jamais entrées en vigueur, faute de décrets d’application, mais les syndicats de médecins réclamaient leur suppression. "Ils ont donc obtenu gain de cause", constatent Les Echos.

Les maisons de santé pluridisciplinaires sont un des moyens préconisés par le gouvernement pour lutter contre la désertification médicale. L’idée est de favoriser le développement de ces structures, réunissant généralistes, spécialistes, infirmières, kinés, par un statut juridique spécifique. Celui-ci devrait voir le jour rapidement. La "société interprofessionnelle ambulatoire" permettra de répartir les honoraires entre les différents personnels soignants, ce qui est compliqué actuellement, expliquent Les Echos.

Concernant d’éventuelles sanctions appliquées aux médecins qui ne pratiquent toujours pas la télétransmission des feuilles de soins, Xavier Bertrand s’est voulu rassurant et leur a promis : "Pas de pénalités pour l’heure", souligne Le Parisien/Aujourd’hui (page 8). "On sent une réelle volonté d’écoute", s’est félicité Michel Chassang, président de la CSMF (Les Echos).

Par ailleurs, le ministre a annoncé que la négociation de la nouvelle convention médicale ne démarrerait pas immédiatement. "Les médecins devront attendre 2012 pour percevoir les effets des mesures positives qui pourront être adoptées", regrette Michel Chassang. Le président de la CSMF y voit "un chantage électoral inacceptable sur les médecins libéraux dans la perspective des élections présidentielles".

Dépendance : le chantier prioritaire de Bachelot
La ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale a présenté hier ses "grandes orientations" pour les quinze mois à venir, rapporte Le Figaro-économie (page 19). Le premier chantier portera sur la dépendance, qui ne concernera pas les personnes handicapées, a-t-elle précisé. "J’ai toutefois appelé le monde du handicap à participer aux travaux" de réflexion en amont de la réforme, "ce que d’ailleurs les associations et les différents partenaires ont bien voulu accepter", a affirmé Roselyne Bachelot. Début octobre, l’Association des paralysés de France (APF) avait déclaré avoir reçu l’assurance de l’Elysée que les personnes handicapées seraient également concernées par la réforme.

La lutte contre le handicap passera essentiellement par l’accessibilité. "L’échéance posée dans la loi, d’une accessibilité totale en 2015, devra être respectée. Nous n’accepterons aucun report, ni retard", a assuré la ministre, citée dans La Tribune (page 4). Un autre chantier concernera la lutte contre la pauvreté et visera à déterminer les raisons de la lenteur de la montée en charge du RSA, remarque Le Figaro-économie. "Des difficultés existent", a reconnu Roselyne Bachelot, qui se donne six mois pour relever ce défi. Enfin, le ministère des Solidarités se penchera également sur la politique familiale, pour "tenir compte de l’émergence de nouveaux modèles familiaux", mais aussi sur la lutte contre la violence faite aux femmes, le harcèlement moral au travail et les inégalités de salaire.

John Sutton