Marisol Touraine favorable aux réseaux pour l’optique et le dentaire

"Touraine tente de calmer la colère des internes", titre Le Figaro-économie (page 19), qui annonce qu'"après une nouvelle manifestation d'internes en médecine devant sa porte, hier, la ministre de la Santé lâche du lest. Au risque de mécontenter les mutuelles".

En effet, Marisol Touraine a précisé hier qu'elle s'opposait dorénavant "à un remboursement différencié" des adhérents selon qu'ils consultent ou non des professionnels de santé agréés par leur mutuelle, "sauf pour l'optique et le dentaire", seuls secteurs concernés actuellement par les réseaux de soins. Environ 3.000 internes des hôpitaux, selon les organisateurs, ont manifesté hier à Paris contre la politique de santé du gouvernement. "Les mutuelles étaient aussi dans le collimateur", souligne le site Internet de La Tribune (www.latribune.fr).

"Tout cela a été instrumentalisé par une minorité d'internes et par certains syndicats médicaux qui veulent prolonger les discussions sur les dépassements d'honoraires", juge le président de la MGEN, Thierry Beaudet, alors que la proposition de loi sur les réseaux est examinée aujourd'hui par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale. Un texte soutenu ce matin sur France Inter par Dominique Seux dans son édito économique. "C'est une bonne idée et une bonne proposition de loi qui mérite d'être adoptée", assure l'éditorialiste, rappelant que les assureurs sont d'ores et déjà autorisés à différencier leurs remboursements dans ce cadre. "Les complémentaires ont un droit de regard évident puisqu'elles règlent l'essentiel de la note" en optique et en dentaire, fait-il valoir.

Le Journal de 20 heures de France 2 a diffusé hier un reportage sur le réseau d'opticiens de la MGEN, dans lequel une adhérente exprimait sa satisfaction d'avoir accès à un réseau de soins mutualiste. La journaliste de France 2 précisait que, selon une enquête de l'inspection générale des Affaires sociales, (Igas), ces réseaux permettent une baisse des tarifs comprise entre 20 et 50%.

"Les blouses blanches désertent les blocs", titre Le Nouvel Observateur (page 109), pour qui "les médecins tentent de créer un front contre les mu­tuelles". "Quand la gauche est au pouvoir, les médecins libéraux voient fa­cilement rouge, et l'accord sur les dépassements d'honoraires a suscité une grève fourre-tout, où chacun a poussé ses revendications catégorielles", estime Jacqueline de Linares, dans l'hebdomadaire. "Alors, pour tenter de maintenir le front, les médecins libéraux ont trouvé un autre ennemi que la ministre : les mutuelles accusées par les grévistes de vouloir créer des réseaux de soins avec certains médecins, de garder par-devers elles un ”pactole” et de ”dépenser tout leur argent en publicité”", écrit la journaliste.

Sur ces dernières accusations, Etienne Caniard a réagi sur le site www.nouvelobs.com, en expliquant qu'il fallait distinguer les assurances privées et les mutuelles, qui n'ont pas d'actionnaires, donc pas de dividendes à redistribuer. Le président de la Mutualité Française, citant des chiffres publiés par l'UFC-Que choisir, a rappelé que les frais d'acquisition et de communication représentent 16,42% des cotisations chez les assureurs, mais seulement 5,55% pour les mutuelles.

Sida : baisse de la mortalité
Le nombre de décès dus au sida dans le monde a légèrement baissé en 2011, pour la cinquième année consécutive, avec 1,7 million de morts (– 5,6%), a annoncé hier l'agence Onusida, dans son rapport annuel. En outre, le nombre de nouvelles contaminations a baissé (2,5 millions, contre 2,6 millions. en 2010), notamment celles touchant les enfants. Dans vingt-cinq pays du monde, dont plusieurs Etats africains, le nombre de nouvelles contaminations a baissé de moitié en dix ans.

"Nous constatons une phase d'accélération dans les progrès, qui s'accompagne d'une meilleure efficacité de l'utilisation des ressources financières", souligne, dans Le Monde (page 7), Michel Sidibé, directeur exécutif d'Onusida. "Même dans la région la plus touchée, l'Afrique subsaharienne, des pays démontrent que nous pouvons inverser la trajectoire de l'épidémie", se félicite-t-il. Cependant, cette région représente en­core 69% des personnes contaminées dans le monde et la majeure partie des victimes du sida (1,2 million de morts en 2011).

L'Asie est également gravement touchée, avec près de 5 millions de personnes contaminées et 309.000 du sida. "Les inquiétudes se portent sur l'Europe de l'Est", souligne le titre de Libération (page 8), qui précise que près d'1,5 million de personnes y sont touchées par le virus. Dans cette partie du monde, 40% des contaminations sont dues à la consommation de drogue.
John Sutton