Centre de rééducation de Kerpape : François Hollande salue un établissement « de référence »

Le président de la République s’est rendu le 1er juillet au centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape, géré par la Mutualité Française Finistère-Morbihan. Pour François Hollande, "cette discipline [ ] qui permet, au sortir de l’hôpital, d’aider les patients, de les reconstruire après un traumatisme, est [ ] essentielle".

Lors de son déplacement le 1er juillet en Bretagne, le président de la République a visité le centre mutualiste de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape, en présence notamment de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, du président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, du président de la Mutualité Française Finistère-Morbihan, Jean-Pierre Orvoën, et de Jean-Yves Le Drian, ancien maire de Lorient et actuel ministre de la Défense.

Pour François Hollande, cet établissement géré par Mutualité Française Finistère-Morbihan.constitue une "référence" selon les termes de son discours prononcé au nouveau centre hospitalier Bretagne Sud, à Lorient (Morbihan). "Cette discipline de la rééducation qui permet, au sortir de l’hôpital, d’aider les patients, de les reconstruire après un traumatisme, est une discipline essentielle", a affirmé le chef de l’Etat. Pour sa part, Kerpape promeut une politique de prise en charge globale du handicap, qu’il soit moteur ou cognitif, en associant aux prestations de rééducation et de réadaptation, une démarche de réinsertion professionnelle et sociale.

Des services de rééducation post-réanimation

Pour éviter une rupture dans la chaine de soins quand un patient sortant de l’hôpital n’est pas encore en état d’intégrer un établissement de rééducation, François Hollande demande que soient développés "dans tous les grands centres hospitaliers des services de rééducation post-réanimation". 'De la même manière, a-t-il ajouté, je souhaite que, lorsqu’une personne sort du centre de rééducation, il puisse y avoir un accompagnement. C’est ce que fait précisément le centre de Kerpape."

Le président de la République a également reconnu, pour s’en féliciter, la place accordée aux nouvelles technologies à Kerpape. Elles permettent une "rééducation dans des conditions meilleures, avec des partenariats industriels parce que derrière le soin, il y a aussi une industrie. C’est dans cette perspective que des passerelles vont être mises en place entre les écoles d’ingénieurs et les facultés de médecine", a fait valoir François Hollande.

Pour une approche thérapeutique globale

"La venue du président de la République au centre de Kerpape est de fait une reconnaissance de la qualité des soins et de l’expertise de cet établissement. Elle témoigne aussi d’une attention particulière vis-à-vis de nos concitoyens les plus lourdement frappés par la maladie et le handicap et des professionnels de santé qui s’acquittent d’une tâche difficile avec compétence, dévouement et recherche constante de l’innovation au service des patients", réagit Etienne Caniard. Plus généralement, François Hollande a "montré tout son intérêt pour une prise en charge qui valorise une approche thérapeutique globale, de l’éducation à la santé à l’aide au retour au travail, et qui propose des soins adaptés à chaque patient", estime le président de la Mutualité Française.

Dans son discours au centre hospitalier de Bretagne Sud, le président de la République a plaidé pour le développement d’une médecine de parcours. "Nous devons susciter un mouvement, pour la prise en charge des personnes âgées, pour ceux qui ont besoin d’une rééducation, d’un accompagnement, pour ceux qui souffrent d’une maladie chronique. Voila ce que nous devons organiser. L’hôpital fait partie d’une chaîne. Avant l’hôpital, il y a les politiques de prévention, par rapport aux accidents domestiques, par rapport aux chutes. Il ya aussi la médecine de premier recours, indispensable", a souhaité le chef de l’Etat.

Le centre mutualiste de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape fêtera l’année prochaine ses 100 ans d’existence. "C’est la première fois qu’un président de la République se rend dans notre centre", souligne Jean-Pierre Orvoën, président de la Mutualité Française Finistère-Morbihan, qui gère cet établissement. "Au cours de cette visite, nous avons sensibilisé François Hollande aux spécificités des services de soins et de réadaptation spécialisés, lesquelles doivent être prises en compte en matière de financement", nous indique Jean-Pierre Orvoën.Le centre mutualiste de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape fêtera l’année prochaine ses 100 ans d’existence. "C’est la première fois qu’un président de la République se rend dans notre centre", souligne Jean-Pierre Orvoën, président de la Mutualité Française Finistère-Morbihan, qui gère cet établissement. "Au cours de cette visite, nous avons sensibilisé François Hollande aux spécificités des services de soins et de réadaptation spécialisés, lesquelles doivent être prises en compte en matière de financement", nous indique Jean-Pierre Orvoën.

Consulter le site du centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle de Kerpape

Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)